Les Français et leurs dépenses de logement (3)

Le logement

Les Français dépensent en moyenne près de 614 euros par mois pour leur logement

partage par mail

Après la hausse de l’année 2013, on observe une diminution relative de la pression du coût du logement sur le budget des Français. Parallèlement, les solutions envisagées pour faire face aux difficultés financières en matière de logement évoluent.

  • "
  • "
  • "
  • "
  • "
1 2 3 4 5

Une dépense moyenne qui représente souvent plus du tiers des revenus des locataires

614 euros, c’est le montant mensuel moyen consacré par les Français à leur loyer (hors charges) et/ou à leurs remboursements d’emprunts. Ce montant a diminué de 19 euros (- 3 %) par rapport à 2013. Il s’élève à 706 euros pour les propriétaires (- 86 euros par rapport à 2013) contre 557 euros pour les locataires (+ 6 euros). Ce léger soulagement du coût du logement pour les ménages s’explique, pour les propriétaires, par une diminution des taux de crédit et une baisse des prix ; tandis que les locataires bénéficient d’un indice de référence des loyers (IRL) qui augmente moins que le taux d’inflation (respectivement 0,69 % et 0,9 %).

Le taux d’effort (soit le pourcentage du revenu consacré au loyer ou au remboursement d’emprunt) diminue légèrement de 1,6 point (21,8 % contre 23,4 % en 2013). Néanmoins les disparités entre locataires et propriétaires restent fortes, le taux d’effort atteignant seulement 12,4 % en moyenne pour les propriétaires quand les locataires consacrent 36,1% de leurs revenus pour se loger.

Le logement : une dépense jugée trop importante par rapport aux revenus pour un locataire sur deux

Malgré une baisse de 9 points par rapport à 2013, 51 % des locataires estiment que leur budget logement demeure trop lourd par rapport à leurs revenus. Pour les propriétaires, les données évoluent peu. Ils sont 26 % (+ 1 point) à déclarer consacrer un budget trop important au logement.

Moins de concessions sur les revenus totaux pour les locataires

Une très grande majorité de locataires ressent l’impact du budget logement sur l’ensemble de ses consommations, alors que seule la moitié des propriétaires interrogés fait ce constat.

74 % des locataires (- 8 points) et 48 % des propriétaires (+ 1 point) déclarent que le budget logement a un impact important sur la capacité d’épargne. Pour 67 % des locataires (- 8 points) et 39 % des propriétaires (+ 1 point), le budget logement joue sur leurs dépenses de loisirs. Ils sont presque autant à faire ce constat en ce qui concerne les vacances (66 % de locataires, – 10 points ; 42 % des propriétaires, + 1 point).

Par ailleurs, 60 % des locataires (- 7 points) ainsi que 49 % des propriétaires (stable) déclarent que le budget logement prime sur leurs dépenses d’amélioration du logement, et 59 % de locataires
(- 8 points) et 35 % de propriétaires (stable), sur l’habillement. C’est aussi le cas pour 63 % des locataires (- 3 points) et 39 % des propriétaires (+ 5 points) en ce qui concerne les dépenses consacrées à l’alimentation. Enfin, 50% des locataires (- 6 points) et 33 % des propriétaires (+ 2 points) constatent l’importance de l’impact du budget logement sur leurs dépenses de santé.

43 % des locataires déclarent rencontrer des difficultés pour payer leur loyer

Les Français déclarant avoir des difficultés pour faire face au coût de leur logement sont légèrement moins nombreux qu’en 2013 (28 %, – 1 point). Les locataires demeurent néanmoins plus atteints (43 %, – 3 points) que les propriétaires (19 %, + 1 point). Le taux d’effort est un marqueur synthétique de ces difficultés. Ainsi, 58 % des foyers déclarant consacrer plus d’un tiers de leurs revenus à leur loyer et/ou au remboursement de leur emprunt, éprouvent des difficultés à les payer (+ 3 points).

Déménager pour faire face aux difficultés

Comme lors des précédentes vagues, réduire les dépenses de consommation reste la solution favorite pour faire face aux difficultés financières, bien qu’ils ne soient plus que 63 % à choisir cette option (- 10 points). En effet, les ménages sont de moins en moins capables de réduire leurs dépenses et cherchent désormais d’autres alternatives comme le déménagement (+ 8 points).

Le prix : principal obstacle au changement de logement

Toutefois, les principaux obstacles liés à la recherche du logement évoluent différemment selon le statut. Pour les propriétaires, les deux principaux écueils sont le prix d’achat (33 %, – 1 point) et la difficulté de revente (32 %, + 4 points). A la hausse également, l’absence de logements correspondants aux critères de sélection (25 %, + 2 points). L’obtention d’un crédit n’est désormais un obstacle que pour 17 % des propriétaires (- 6 points).

Dans l’hypothèse d’un changement de logement, les locataires s’inquiètent d’abord du montant du loyer (68 %, – 7 points) avant les critères (36 %, – 2 points), les demandes de garanties (30 %, -1 point) et l’obtention d’un crédit (10 %, -2 points).

 

Cette étude a été réalisée par Opinon Way les 2 et 3 avril 2014, auprès d’un échantillon de 997 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention suivante : « Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO ».

partage par mail

Vos réactions