Les Français et leur budget santé (7)

La santé

Le coût des dépenses de santé enregistre une hausse

partage par mail

Cette année, le budget santé annuel qui reste à la charge des Français s’élève à 533€ en moyenne.

Consultez l’infographie complète « Les Français et leur budget santé » 

Cette année le budget santé annuel qui reste à la charge des Français s’élève à 533€ en moyenne, un montant est en légère augmentation par rapport à 2017  (+24€).

–   Comme en 2017, les seniors, c’est-à-dire les personnes âgées de 65 ans et plus, sont ceux pour qui le reste à charge demeure le plus élevé : 845€ (+39€) contre 272€ pour les jeunes âgés de moins de 35 ans(-2€).

–    La différence récurrente entre les hommes et les femmes s’observe encore une fois : les hommes estiment ainsi avoir un reste à charge de 598€ (-10€) contre 472€ pour les femmes (+53€).

  • Cette légère augmentation du budget santé restant à charge se retrouve dans le ressenti des Français interrogés : la majorité d’entre eux continuent à estimer que leurs dépenses santé ont augmenté (55%, chiffre égal à celui de 2017). Une part moins importante estime que son budget stagne (38%, chiffre stable) quand seule une minorité considère que son budget est à la baisse (6%, chiffre stable également).
  • Alors que le débat sur le « reste à charge zéro » pour les frais d’optique, dentaires et auditifs est en cours, les frais d’optique se classent comme le type de soin le plus important dans le reste à charge des Français (31%). Les soins d’optique devancent de peu les soins dentaires (29%) et les soins courants (28%). Les frais liés à une hospitalisation, prise en charge médicale moins courante, ne sont cités que par 5% des personnes interviewées.

–    Les personnes âgées de 50 ans et plus citent davantage les frais d’optique (34% contre 29% des jeunes âgés de moins de 35 ans) et les soins dentaires (32% contre 21%). A l’inverse, le reste à charge des jeunes concerne avant tout les soins courants (37% contre 23% des personnes âgées de 50 ans et plus).

–   32% des personnes considérant que leur budget santé est en augmentation citent les frais dentaires comme constituant la part la plus importante de leur reste à charge.

Les Français se montrent toujours aussi vigilants quant au suivi de leur santé

  • Le recours au numérique pour suivre sa santé continue à s’ancrer dans les pratiques des Français : près d’un quart d’entre eux (24%, +8 points) utilisent au moins un outil numérique pour mesurer leur santé, qu’il s’agisse d’un application mobile de suivi d’activité physique (13%, +7 points), d’objets connectés de suivi d’activité physique (12%, +1 point) ou d’une application mobile de suivi budgétaire des dépenses de santé (5%, +3 points). La part des personnes n’ayant recours à aucun de ces outils, bien que très nettement majoritaire, diminue (75%, -8points).

–    Les jeunes, qui sont également les plus connectés, restent les plus fervents utilisateurs de ces outils connectés (42% pour les jeunes âgés de moins de 35 ans contre 18% pour leurs aînés âgés de 35 ans et plus).

  • En matière d’habitudes concernant leur santé, les Français font preuve d’une réflexion et d’une vigilance constantes pour anticiper ou du moins limiter les coûts. La majorité de la population déclare ainsi faire davantage de prévention en faisant attention à leurs pratiques pour préserver leur santé (55%, -6points).

D’autres solutions simples pour limiter les coûts, bien que répandues, tendent à diminuer : 52% pour privilégier l’achat de médicaments génériques aux médicaments princeps (-10 points) et 37% pour faire réaliser un devis avant l’engagement de soins (-3 points). L’attention portée aux frais de mutuelles ressort également dans les réponses données par les Français : 24% ont pris une mutuelle moins chère (+1 point) et 24% ont souscrit une mutuelle qui propose un meilleur remboursement (-8 points). Enfin, la consultation du médecin généraliste n’est une variable d’ajustement que pour une minorité : 18% privilégient les soins médicaux à l’hôpital plutôt que chez un médecin en cabinet (-1 point) et 15% ont changé ou pensé à changer de médecin pour  en choisir un aux honoraires moins élevés (-3points).

Un Français sur deux a déjà renoncé à se soigner pour des questions de coût

 

  • Malgré l’attention portée à leur santé, la majorité des Français déclarent avoir déjà renoncé à au moins une dépense de santé en raison de son coût (55%, -3 points).Comme l’année dernière, l’achat de lunettes, de lentilles ou de prothèses dentaires et auditives (44%, -2 points) demeure le première dépense de santé ajournée. On note aussi que les Français tendent à reporter davantage une consultation auprès d’un spécialiste (32%, chiffre stable) qu’auprès de leur généraliste (15%, +1 point). Toutefois, les personnes interrogées déclarent moins renoncer cette année à l’achat de médicaments (24%, -4 points) ou de petits matériels médicaux (21%, -5 points). Par ailleurs, ils restent toujours peu nombreux à repousser des dépenses liées à leur mutuelle (16%, +3 points) ou une hospitalisation (14%, +2points).
  • Si le fait de renoncer ou de repousser des soins de santé concerne plus d’un Français sur deux, une part non négligeable de la population n’hésite pas à se rendre à l’étranger afin de bénéficier de soins. En effet, il est arrivé au moins une fois à 15% des Français interrogés de se soigner ou de commander des équipements médicaux à l’étranger. Cette tendance à l’expatriation des soins est à la hausse (+3 points).

On remarque que les personnes ont recours à cette solution avant tout pour l’achat de médicaments ou de dispositifs médicaux : 10% pour l’achat de petit matériel (+4 points), 9% pour l’achat des médicaments en ligne ou non (+2 points) et 6% pour l’achat de lunettes, lentilles ou autres prothèses (+1 point). A l’inverse, la consultation ou l’hospitalisation à l’étranger, du fait probablement de contraintes logistiques plus importantes, demeurent moins fréquentes : 5% pour la consultation d’un spécialiste à l’étranger (+2 points) et 4% pour une hospitalisation ou des soins (+2 points).

  • Les jeunes âgés de moins de 35 ans ont davantage fait des dépenses de santé à l’étranger pour se soigner (22% contre 13% pour leurs aînés âgés de 35 ans et +). C’est également le cas des personnes dont les revenus du foyer sont inférieurs à 2000€ par mois (19% contre 11% pour ceux dont les revenus sont supérieurs).
  • Quand on ne peut ou ne souhaite pas renoncer à des soins de santé, des mesures de financement existent pour couvrir ses dépenses de santé.

On observe ainsi que la mutuelle, dont disposent 61% des actifs grâce à leur employeur, est le premier levier sur lequel les Français s’appuient pour financer un soin de santé : 18% ont déjà changé de mutuelle quand 17% ont déjà souscrit à une mutuelle complémentaire. De façon plus radicale, 8% des personnes interrogées ont déjà contracté un crédit pour assumer ces dépenses.

Ces mesures de financement ont été prises pour payer des soins pesant fortement dans le reste à charge des Français, c’est-à-dire les soins dentaires et d’optique. Dans le détail, les personnes ayant souscrit un crédit l’ont fait pour régler leurs factures de soins dentaires (48%) et d’optique (21%) principalement. Le changement de mutuelle et la souscription d’une mutuelle ont été motivés par les soins dentaires (respectivement 34% et 31%) et les frais d’optique (respectivement 29% et 32%).

En conclusion, cette étude révèle quelques grands enseignements :

 

  • Comme l’année dernière, les Français continuent à se montrer vigilants au sujet de leur santé. Ils mettent ainsi l’accent sur la prévention. De manière générale, la majorité de la population fait attention à ses pratiques pour préserver sa santé quand unquart a désormais recours à des outils numériques pour suivre sa santé.
  • Malgré ces efforts, le budget santé qui reste à charge des Français enregistre une légère hausse cette année. Les soins dentaires et d’optique sont ceux qui pèsent le plus fortement dans les dépenses de santé pour lesquelles les Français ne sont pas remboursés.
  • Au final, la question du reste à charge a un impact réel dans la vie des Français : la majorité d’entre eux a déjà dû repousser ou renoncer à des soins de santé en raison de leurs coûts. Pour continuer à se soigner, les Français n’hésitent pas à recourir à des solutions alternatives comme le fait d’acheter ou de se rendre à l’étranger pour se soigner. Des ajustements sur la mutuelle sont également faits. Enfin, près d’un Français sur dix a déjà eu recours à un crédit pour financer des soins de santé.
partage par mail

Vos réactions