Les Français et leur budget santé (6)

La santé

Un seul mot d'ordre : économies !

partage par mail

Avec en moyenne 509 euros par an de budget santé restant à leur charge, une majorité de Français continue à mettre en place des stratégies d’économie dans ce domaine et n’hésite pas à multiplier les leviers d’action.

  • "
  • "
  • "
  • "
  • "
1 2 3 4 5

Le budget santé restant à la charge des Français s’élève à 509 euros en moyenne par an, soit une baisse d’environ 3 % (- 17 euros) par rapport à la précédente vague du Sofinscope. C’est le budget le plus bas depuis la première édition du baromètre en 2012. Comme l’an dernier, les seniors déclarent un montant plus conséquent que celui des plus jeunes : 806 euros en moyenne pour les 60 ans et plus (- 47 euros), contre 274 euros pour les moins de 35 ans (- 26 euros). Les personnes dont les revenus du foyer s’élèvent à 3 500 euros et plus par mois déclarent à leur charge 839 euros de frais de santé par an (- 7 euros), contre 312 euros (- 7 euros) pour les personnes au revenu inférieur à 1 000 euros par mois. La disparité entre les hommes (608 euros, – 26 euros) et les femmes (419 euros, – 12 euros), elle, demeure constante, avec cependant une baisse des dépenses pour les deux sexes. Quant aux lycéens et étudiants, ils ont le budget le plus faible de l’échantillon avec 238 euros annuels à leur charge pour leur santé.

Un budget toujours trop élevé

Malgré une baisse globale, plus de la moitié de l’échantillon (55 %) estime que le budget santé restant à sa charge a augmenté ces deux dernières années (- 4 points). 38 % trouvent qu’il n’a pas changé (+3 %) et 6 % qu’il a diminué (stable). 58 % des personnes interrogées ont déjà renoncé à au moins une dépense de santé : achat de lunettes, lentilles ou prothèses pour 46 % d’entre elles (- 5 points), consultation chez le dentiste (34 %, + 3 points), consultation chez le spécialiste (32 %, -1 point), achat de médicaments (26 %, + 6 points) ou encore l’achat de petits matériels médicaux comme les pansements et le désinfectant (26 %, + 2 points).

Une majorité de Français continue donc à mettre en place des stratégies d’économie pour diminuer son budget santé. En tête vient l’achat de plus de médicaments génériques (62 %, – 3 points), être attentif à son mode de vie (61 %, stable), réaliser plus fréquemment des devis avant d’engager des soins (40 %, – 3 points), prendre une mutuelle qui rembourse mieux (32 %, + 2 points) et prendre une mutuelle moins chère (23 %, -2 points).

La mutuelle d’entreprise : premier bilan

2016 marquait l’entrée en vigueur de l’obligation pour les entreprises de proposer une mutuelle à leurs salariés. En 2017, 64 % des actifs (+ 3 points) disposent désormais d’une mutuelle par le biais de leur employeur. Elle a été imposée à 49 % des répondants (+ 31nbsp;points) et 15 % l’ont choisi librement (stable). Les actifs se montrent par ailleurs de plus en plus satisfaits de l’assurance qui leur est fournie : 73 % n’envisagent pas de souscrire à une mutuelle complémentaire (+ 5 points), estimant que la mutuelle proposée par leur employeur offre une couverture optimale.

Le recours à des solutions alternatives à l’étranger continue de séduire une partie des Français : 12 % d’entre eux (- 1 point) ont ainsi choisi de recevoir des soins ou d’effectuer des dépenses de santé dans d’autres pays que la France afin de réduire leurs frais. L’achat de médicaments (7 %, + 1 point), l’achat de petit matériel médical (6 %, – 3 points) et l’achat de lunettes, lentilles ou autres prothèses (5 %, + 1 point), constituent, comme l’an dernier, les trois principaux moteurs des dépenses de santé à l’étranger, tandis que les consultations ­ — chez des spécialistes ou à l’hôpital — restent moins fréquentes.

Les Français sont 16 % (+ 1 point) à utiliser des outils numériques pour suivre leur activité physique et leurs pratiques en matière de santé. 11 % des personnes interrogées utilisent des objets connectés (montre running, bracelet pour suivre le sommeil, balance connectée) et 6 % des applications de suivi d’activité physique ou de tests santé (- 2 points). Comme l’an dernier, les plus jeunes sont 25 % à être équipés d’au moins un outil de suivi.

Cette étude a été réalisée par Opinon Way du 4 au 6 janvier 2017, auprès d’un échantillon de 1016 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « Sondage OpinionWay pour Sofinco ».

Lire le communiqué de presse.

partage par mail

Vos réactions