Les Français et leur budget de vacances d’été (3)

Les vacances

Moins de départs et moins de dépenses

partage par mail

Les Français vont consacrer un montant moyen de 889 € par foyer à leurs vacances d’été. Une somme en baisse de 12 % par rapport à 2013 mais qui recouvre de fortes disparités selon le niveau de revenus, la situation géographique et la présence d’enfants ou non dans le foyer.

  • "
  • "
  • "
  • "
  • "
1 2 3 4 5

Avec 889 €, le budget « vacances d’été » baisse par rapport à 2013

En moyenne, pour leur foyer, les Français évaluent leur budget à 889 €. Pour ceux qui décident de partir, le montant (1 398 €, – 4 €) est quatre fois plus élevé que celui des Français qui resteront chez eux (347 €, -130 €, soit une baisse de 27%). Cette contrainte budgétaire est souvent invoquée par les Français pour expliquer leurs choix de ne pas partir en vacances. Malgré tout, 51 % des Français déclarent qu’ils partiront en vacances d’été cette année (- 7 points).

Des Français inégaux face au départ en vacances d’été : 1 Français sur 2 ne partira pas

Si tous les foyers sont touchés, les plus exposés sont les moins aisés. La catégorie socio-professionnelle est un des premiers éléments de clivage dans les départs et les conditions de vacances.
Les budgets de ceux dont les revenus sont inférieurs à 1 000 € ont pratiquement diminué de moitié  (- 208 € ; -45 %). Les autres catégories subissent également cette baisse : 207 € de moins pour les plus fortunés (revenus supérieurs à 3 500 €) et 179 € de moins pour les CSP+ (1 056 €, – 15 %). Parmi ceux qui décident de partir pour 3 semaines ou plus, les CSP+ (24 % contre 13 % pour les CSP-) et les retraités (44 %) sont les plus nombreux.

D’autres disparités apparaissent aussi selon les critères suivants :

–        La région d’habitation : les Parisiens dépensent plus que le reste des Français (1 268 € vs 803 € en province). Par ailleurs, 27 % des Franciliens envisagent de partir trois semaines ou plus contre seulement 22 % des répondants en province.

–         L’âge : Les plus de 35 ans dépensent au moins 970 €, contre 670 € pour les plus jeunes.

–         La situation familiale : les Français en couple prévoient davantage d’argent pour leurs prochaines vacances estivales (1 066 €) que les célibataires (540 €). Les enfants apparaissent comme un facteur déterminant du départ en vacances. Le portait socio-économique du vacancier indique en effet qu’il est plus souvent avec des enfants (58 %) que sans (48 %). Par ailleurs, les foyers avec enfants prévoient de dépenser 1 035 €, contre  831 € pour les foyers sans.

Une limite à ce constat néanmoins : si les personnes avec enfants envisagent de partir en vacances, elles pensent en revanche partir moins longtemps : 20 % des personnes avec enfants envisagent de partir trois semaines ou plus, contre 31 % pour les personnes qui n’ont pas d’enfants.

Vacances d’été : restrictions et dépenses calibrées

La structure des dépenses pour les vacances montre clairement le poids des frais « logistiques ». Ainsi, 29,3 % des dépenses sont consacrées au logement (mais seulement 22,4 % chez ceux qui partent trois semaines ou plus) et 24,2 % aux transports. Le reste des dépenses se partage entre la nourriture (27,2 %) et les loisirs (19,3 %).

Les Français envisagent de dépenser moins que les deux années précédentes pour leurs prochaines vacances (51 %, +4 points), là où seulement 7 % prévoient l’inverse. 61 % des répondants (+7 points en un an) l’expliquent avant tout par un manque de moyens. Pour cela, ils envisagent ainsi de diminuer la durée du séjour (28 %), les loisirs sur place (25 %), choisir une destination moins onéreuse (25 %), privilégier les bonnes affaires (21 %) et de dépenser moins pour le logement (18 %). Mais pour 42 % des répondants (+6 points), la solution la plus efficace est, finalement, de ne pas partir du tout.

 

Cette étude a été réalisée par Opinon Way les 29 et 30 avril 2014, auprès d’un échantillon de 1063 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention suivante : « Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO ».

partage par mail

Vos réactions