Les Français et les dépenses énergétiques de leur foyer (3)

L’énergie

Un budget qui se stabilise, malgré le sentiment de hausse

partage par mail

Les dépenses énergétiques des Français se stabilisent depuis 2012, représentant près de 207 € par mois en moyenne. Malgré cela, les Français continuent à penser qu’elles augmentent et sont prêts à réduire leurs pratiques éco-énergétique pour préserver leur budget.

  • "
  • "
  • "
  • "
  • "
1 2 3 4 5

207 euros par mois : un budget énergétique qui se stabilise

Plus des trois quarts des Français interrogés (78 %, soit 5 points de moins qu’en 2013) disent observer une augmentation de leur budget énergétique depuis l’année dernière. Ils sont cependant de moins en moins nombreux à faire ce constat depuis la première vague de cette enquête en 2012 (- 9 points). En effet, le budget alloué aux dépenses énergétiques semble se stabiliser à 207 euros par mois en moyenne (contre 210 en 2013).

Dans le détail, les budgets selon les populations diffèrent principalement du fait de la taille du foyer ou du type de logement. Les couples avec enfants déclarent ainsi un budget sensiblement plus élevé que la moyenne (302 euros par mois). Cette différence s’accentue encore avec l’augmentation du nombre d’enfants à charge (339 euros de budget pour les Français avec deux enfants ou plus au sein du foyer). Les Français habitant dans des maisons individuelles dépensent, eux, deux fois plus que ceux logeant dans des habitats collectifs (255 euros contre 122 euros).

Des pratiques éco-citoyennes en baisse

Si le budget énergétique se stabilise, ce n’est pas parce que les Français adoptent systématiquement des pratiques éco-énergétiques. En effet, la quasi-totalité des actions proposées enregistre une baisse de 1 à 6 points. Seule la mise en concurrence des fournisseurs d’énergie augmente de 2 points par rapport à la vague précédente (18 %). Notons néanmoins que la majorité des Français (plus de 70 %) observe un comportement responsable et adhère à ces pratiques.

De la même façon, les Français semblent moins enclins à engager des travaux pour réaliser des économies d’énergie. Ils ne sont plus que 38 % à les envisager (- 3 points par rapport à 2013).

Les travaux d’isolation (toit, mur et comble, double vitrage) suscitent toujours autant d’intérêt (17 % et 16 %). Respectivement 42 %, 43 % et 63 % des Français déclarent même les avoir déjà réalisés. Le remplacement des appareils de chauffage ou chaudières emporte le moins d’adhésion (seuls 15 % et 12 % des Français). Enfin, le passage radical à l’utilisation d’une énergie renouvelable reste toujours inenvisageable pour la majorité des Français interrogés (72 %).

 Énergies renouvelables : une question de budget avant tout

Une majorité de Français se déclare tout de même favorable à ce que leur logement soit alimenté par des énergies renouvelables (soit 86 %, un chiffre stable par rapport 2013). Pour 53 % d’entre eux, la motivation principale provient de leur impact sur le budget. Cette proportion augmente de 7 points par rapport à d’autres raisons comme l’impact positif sur l’environnement (31 %, -5 points depuis 2012).

Les Français réticents à l’utilisation des « énergies vertes » redoutent quant à eux les investissements financiers qu’elles impliqueraient (52 %, -7 points par rapport à 2013).

Pour conclure, la troisième vague de cette enquête sur le budget énergétique des Français indique que du fait de la persistance de la crise économique, les choix énergétiques compatibles avec la préservation de l’environnement sont de moins en moins prioritaires. Le budget énergétique des Français s’est donc stabilisé du fait de leur recherche permanente de prix compétitifs et de la volonté de faire le plus d’économies possible.

Cette étude a été réalisée par Opinon Way les 5 et 6 février 2014, auprès d’un échantillon de 1 022 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention suivante : « Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO ».

 

partage par mail

Vos réactions