Les Français et leur budget rentrée

La rentrée

Un coût moyen qui augmente en fonction du niveau scolaire

partage par mail

Un budget moyen de 964 euros par foyer

Consultez l’infographie complète « Les Français et leur budget rentrée 2019 » 

Un budget rentrée en hausse pour les familles ayant des enfants scolarisés

  • Le budget moyen de la rentrée pour un foyer avec au moins un enfant scolarisé est en légère hausse par rapport à l’an dernier, en se situant à 964€ (+46€). Cette hausse rejoint le sentiment de la plupart des personnes ayant un enfant scolarisé : 54% d’entre eux (+ 8 points) ont le sentiment que le budget consacré à la rentrée est en augmentation. Seuls 9% (+1 point) estiment que ce budget diminue tandis que 36% considèrent qu’il est stable (-9points).
  • Le montant moyen du budget alloué à la rentrée dépend du revenu du foyer. Les parents dont le foyer a un revenu inférieur à 2 000€ par mois ont un budget rentrée de 861 euros en moyenne, contre 1023 euros pour ceux dont le revenu est supérieur.
  • Le sentiment d’une augmentation du budget de la rentrée est plus fortement ressenti par les personnes dont le foyer a un revenu inférieur à 2 000€ par mois (55% contre 51% pour celles dont le foyer a un revenu supérieur).
  • Dans le détail, l’importance du budget dépend du niveau de scolarisation des enfants. Si les enfants en maternelle ou en élémentaire représentent un budget moyen plutôt faible (respectivement 276€ et 201€), les enfants au collège (388€) ou au lycée (534€) représentent un budget plus important tandis que la rentrée d’un enfant dans l’enseignement supérieur signifie un coût très important (1 402€ en moyenne).

Le budget de la rentrée peut rendre le mois de septembre difficile

  • Avoir un enfant scolarisé impacte l’importance des dépenses au mois de septembre. Si seuls 18% des Français en général déclarent que septembre est le mois où ils dépensent le plus, ce chiffre monte à 37% chez les personnes ayant au moins un enfant scolarisé.
  • Les parents ayant des enfants dans les études supérieures sont les plus nombreux à considérer que le mois de septembre est celui où ils dépensent le plus dans l’année (45%).
  • De même, si 41% des Français déclarent pouvoir mettre de l’argent de côté en septembre (+4 points), seuls 31% de ceux ayant des enfants scolarisés déclarent pouvoir faire la même chose. Ce chiffre est notamment bas chez les parents d’enfants scolarisés au lycée (20% seulement). Les dépenses liées à la rentrée représentent une crainte pour 29% des Français et pour 62% des personnes ayant un enfant scolarisé.
  • Les parents ayant des enfants scolarisés au collège et au lycées sont ceux qui craignent le plus les dépenses liées à la rentrée (respectivement 72% et70%).

Le caractère indispensable des postes de dépenses est clairement identifié

  • Parmi les différents postes de dépenses liés à la rentrée, certains apparaissent clairement comme pouvant être réduits pour faire des économies, notamment le renouvellement de la garde-robe (51%, +2 points). Les fournitures (30%, +1 point) et le matériel informatique (23%, +5 points) sont les autres postes les plus cités tandis que les livres (17%, +6 points) sont le poste le plus en augmentation.
  • Les parents dont le foyer a un revenu égal ou supérieur à 2 000 € par mois sont plus nombreux à considérer qu’ils peuvent faire des économies sur le renouvellement de la garde- robe (57% contre seulement 31% pour les personnes dont le revenu est inférieur). A l’inverse, les personnes dont le revenu du foyer est inférieur à 2 000 € par mois sont plus ouverts à une réduction du budget des activités sportives (25% contre 18% pour les personnes ayant un revenu supérieur) ou de la cantine (24% contre 10%).
  • A l’inverse, certains postes de dépenses sont clairement identifiés comme représentant une dépense incompressible, et notamment la cantine (63%, + 11 points), les frais de scolarité (51%, -1 point) et l’assurance scolaire (48%, +4points).
  • Les personnes résidant en province sont plus nombreuses à estimer que la dépense de cantine est incompressible (64% contre 56% pour les personnes résidant dans la région parisienne).C’est notamment le cas des personnes résidant dans une commune rurale(78%), qui sont souvent éloignée des établissements scolaires ce qui peut obliger à mettre les enfants à la cantine.
  • Les personnes résidant dans la région parisienne sont en revanche plus nombreuses à considérer que les frais de scolarité (60% contre 49% pour les personnes vivant en province) ou les frais de transport (47% contre 41%) sont incompressibles.
  • Afin d’acheter les fournitures pour la rentrée, les parents privilégient toujours largement les grandes surfaces (75%), même si cette tendance est à la baisse (-6 points). Les autres lieux d’achat restent très minoritaires, que ce soit Internet (10%, + 1 point) ou la papeterie (8%, +2 points). Plutôt prévoyants, les parents d’enfants scolarisés achètent les fournitures scolaires avant (16%) ou pendant l’été (64%), seuls 19% attendant septembre, juste avant la rentrée.
  • Le lieu de vie influence peu sur le choix du lieu d’achat des fournitures. En revanche, une différence s’observe sur le moment d’achat, les personnes résidant en province étant plus nombreuses à acheter leurs fournitures pendant l’été ou avant (82% contre 75% pour celles vivant dans la région parisienne).

Les études supérieures représentent une dépense importante

  • Un enfant dans les études supérieures représentant le poste de dépense le plus élevé parmi les différents niveaux de scolarisation, une première rentrée peut créer des difficultés financières à ceux ayant des enfants scolarisés dans les études supérieures. En moyenne, le budget de la première rentrée dans les études supérieures s’élève à 2842 €. Conséquence de ce budget important, 55% des parents ayant un enfant scolarisé dans les études supérieures ont éprouvé des difficultés pour financer sa première rentrée (dont 27% tout àfait).
  • Afin de financer les dépenses liées aux études supérieures, 59% (-6 points) des parents concernés ont recours à l’épargne. Si le travail de l’étudiant reste minoritaire (45%), celui-ci est en forte hausse (+11 points), et notamment le travail étudiant tout au long de l’année (25%, +13 points).

En conclusion, cette étude révèle quelques grands enseignements :

  • La rentrée représente un coût important pour les parents d’élèves, notamment lorsque ces derniers ont des enfants scolarisés dans l’enseignement supérieur. De plus, la majorité des parents ont le sentiment que ce budget est en augmentation par rapport à l’an dernier.
  • L’importance de ce budget peut rendre le mois de septembre difficile. Par rapport à l’ensemble des Français, les parents ayant des enfants scolarisés ont davantage le sentiment de ne pas pouvoir faire d’économies en septembre.
  • Parmi toutes les dépenses liées à la rentrée, les parents identifient clairement celles qui peuvent faire l’objet d’une diminution de leur part et celles qui leur paraissent incompressibles. Les frais liés à la cantine apparaissent notamment comme ne pouvant pas faire l’objet d’une économie.

Cette étude a été réalisée par Opinon Way les 9 et 10 juillet 2019, auprès d’un échantillon de 1003 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système CAWI. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « Sondage OpinionWay pour Sofinco ».

partage par mail

Vos réactions