Les Français et les dépenses énergétiques de leur foyer (2)

L’énergie

Pas de répit pour le budget énergie en 2013

partage par mail

Cette année encore, les Français sont plus de 8 sur 10 à voir le coût de l’énergie augmenter. Et malgré leurs efforts au quotidien pour réduire la facture, leur budget subit une hausse de près de 10% en tout juste un an…

  • "
  • "
  • "
  • "
  • "
1 2 3 4 5

210 euros par mois : un budget énergétique moyen en hausse de près de 10%…

En moyenne, les Français déclarent dépenser chaque mois 210 € pour leurs factures d’énergie, soit 18 € de plus qu’en 2012. En outre, certains écarts persistent entre les populations : ainsi, les Français les plus âgés – 60 ans et plus – déboursent 257 € pour ce budget quand les plus jeunes – 18 à 24 ans – se montrent plus économes (189 €). De la même manière, les familles nombreuses font état d’un budget plus conséquent : 224 € pour un foyer de cinq personnes soit presque deux fois plus que ceux qui habitent seuls (119 €). Enfin, les Français vivant dans des maisons individuelles déclarent un budget moyen nettement plus important (252 €) que ceux qui habitent en logement collectif  (127 €).

Les Français sont 83% à déclarer que le budget énergétique de leur foyer a augmenté ces dernières années. En dépit d’une légère baisse (-4 points), ce sentiment reste largement partagé, et ce, plus particulièrement parmi les seniors (89% des 60 ans et plus vs. 79% parmi les moins de 35 ans).

…Insuffisamment compensé par l’adoption de  comportements éco-citoyen

Redéfinissant perpétuellement leurs comportements en matière d’énergie, une part importante de Français poursuit ses efforts pour limiter sa consommation d’énergie : ainsi, pas moins de 99% d’entre eux déclarent avoir déjà modifié au moins un geste de leur quotidien permettant ainsi de réduire les dépenses énergétiques de leur logement. La majorité de ces actions semblent mêmes devenues communes pour la quasi-totalité des Français : par exemple, ils sont 93% à ne faire tourner leurs appareils ménagers que lorsqu’ils sont pleins (+1 point) mais aussi 90% à respectivement favoriser les ampoules basse consommation ou encore à préférer la douche au bain (+2 points).

Comme l’an passé, le plus compliqué pour les Français reste avant tout d’adopter un comportement stratégique : à peine plus d’un sur deux fait tourner ses appareils ménagers pendant les heures creuses (55%, -5 points) et ils ne sont que 16% à admettre avoir déjà fait jouer la concurrence entre les différents fournisseurs d’énergie (-1 point).

41% des Français songent à faire des investissements pour réduire leur facture d’énergie

Les Français ne comptent pas s’arrêter là et envisagent de plus en plus de mettre en œuvre un certain nombre d’aménagements au sein de leur habitat : de fait, ils sont 41% à avoir déjà envisagé de réaliser chez eux des travaux afin de réduire les dépenses énergétiques (+4 points). Et c’est tout particulièrement le cas de l’isolation. 19% pensent à isoler toit et mur (+2 points), 18% à poser du double vitrage (+1 point) et 17% songent à isoler leurs combles (stable). Dans le même temps, ils sont près de la moitié, voire plus, à avoir déjà réalisé ces travaux chez eux (respectivement 44%, 63% et 46%). Pour autant, ils ont encore du mal à imaginer faire certains travaux, notamment lorsqu’il s’agit d’installations : 57% n’ont, à ce jour, pas encore envisagé de changer leurs appareils de chauffage et 55% leur chaudière.

Les énergies vertes : un enjeu principalement financier

Suffisamment informés à 67%, une large majorité de Français se déclare aussi favorable à l’idée d’alimenter son logement avec ce type d’énergie : ils sont 86% à se ranger à cet avis (-3 points). Les motifs qui pousseraient les Français à remplacer leur ancien système par des énergies renouvelables sont avant tout d’ordre financier : près d’un Français sur deux  favorable à l’idée d’alimenter son logement en énergies renouvelables cite comme première raison l’impact sur le budget (49%, +3 points) quand ils sont tout juste un tiers (33%, -3 points) à mentionner l’impact sur l’environnement.

Ceci étant, le passage à l’acte reste encore difficile : 11% ont déjà réalisé ce changement chez eux et à peine plus (15%) y ont déjà réfléchi. De fait, le coût important des travaux ainsi que les différentes autorisations nécessaires, notamment en ville et plus particulièrement dans les logements collectifs, expliquent cette difficulté à franchir le pas. L’investissement financier reste d’ailleurs la principale raison évoquée par plus d’un Français sur deux réfractaires à ce type d’énergie dans son foyer (59%, +2 points).


[1]* On entend par dépenses énergétiques le montant que vous versez pour les consommations et abonnements de votre logement (électricité, gaz, fioul, bois, etc.).

Cette étude a été réalisée par Opinon Way du 6 au 7 février 2013, auprès d’un échantillon de 1011 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention suivante : « Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO ».

 
 

partage par mail

Vos réactions