Les Français et leur budget dédié à l'alimentation

Alimentation

Un poste de dépenses jugé trop élevé

partage par mail

L’alimentation est un budget incontournable qui pèse de plus en plus lourd sur le portefeuille des ménages. La conjoncture économique mondiale, mais aussi les crises alimentaires survenues ces dernières années, contraignent les Français à modifier leurs comportements face à l’alimentation.

  • "
  • "
  • "
  • "
  • "
1 2 3 4 5

De 222 € à 539 € mensuels : un budget alimentaire fortement disparate

Chaque mois, les Français déclarent dépenser en moyenne 396 € pour s’alimenter. Un budget en augmentation (selon 71 % des personnes interrogées), qui comprend les courses ainsi que les pauses déjeuners (cantine scolaire et/ou d’entreprise).
Dans le détail, on distingue de fortes disparités selon la situation familiale, la catégorie socio-professionnelle ou encore le niveau de ressources des personnes interrogées. Ainsi, les foyers français dont les revenus sont supérieurs à 3 500 € par mois dépensent 539 € là où les foyers modestes — revenus inférieurs à 1 000 € — ne déboursent que 222 €. De la même manière, les couples avec enfants déclarent dépenser 522 € contre 268 € pour les couples seuls. L’âge semble également être un critère déterminant : contrairement aux 18-34 ans, qui consacrent 291 € à leur budget alimentaire mensuel, les plus de 35 ans dépensent, eux, 437 €.

Pour dépenser moins, les Français redoublent de vigilance

Face à cette augmentation, les Français sont plus que jamais attentifs à la dépense. Ainsi 78 % d’entre eux (versus 87 % des foyers gagnant moins de 1 000 € et 69 % des Français percevant plus de 3 500 € par mois) déclarent que le prix est le premier facteur d’achat, devant la qualité gustative des produits (46 %), la date de péremption (44 %), les habitudes familiales et/ou de santé (36 %), la composition des produits (33 %) et leur provenance (29 %).
Suivant ce processus de choix, 87 % des Français privilégient la grande distribution pour faire leurs courses (37 % en supermarché, 36 % en hyper et 14 % en hard-discount). Preuve que ces canaux de distribution classiques séduisent davantage que les circuits courts : seuls 5 % des Français s’approvisionnent au marché et 2 % directement auprès des producteurs.

Un effort à tous les niveaux

Pour réduire leur budget alimentation au minimum, 98 % des Français ont modifié leurs comportements. Ainsi, 87 % d’entre eux déclarent cuisiner leurs restes pour éviter de gâcher, 85 % affirment comparer systématiquement les prix des produits selon les marques (66 % préfèrent d’ailleurs les marques de distributeurs aux grandes marques). Pour aller plus loin dans les économies possibles, 84 % des personnes interrogées privilégient les produits en promotion et 81 % disent utiliser régulièrement des coupons de réduction.
Toujours dans une perspective de réduction des coûts, ils sont 75 % à limiter leurs sorties au restaurant (versus 56 % pour les foyers aux revenus supérieurs à 3 500 euros et plus). Dans ce domaine d’ailleurs, 44 % des Français estiment que le budget dédié aux loisirs gastronomiques est en baisse par rapport à l’an passé (versus  22 % qui le considèrent en hausse et 34 % qui le jugent stable).

 

Dans ce contexte, 47 % des Français tentent de rogner sur les dépenses au prix de nombreux efforts et de bonnes pratiques cumulées. Est-ce suffisant pour autant ? Aujourd’hui, la réponse semble être négative : quelque que soit le budget alloué mensuellement, 61 % des Français estiment que le coût de l’alimentation est trop élevé. Un sentiment plus largement exprimé par les 18-24 ans (72 % versus 52 % des 60 ans et plus) et les foyers avec enfants (75 % versus 55 % ceux qui n’en ont pas).

 

Cette étude a été réalisée par Opinon Way du 6 au 7 mars 2013, auprès d’un échantillon de 1002 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention suivante : « Le Sofinscope – Baromètre opinion Way pour SOFINCO ».

 

 

partage par mail

Vos réactions